Cunnilingus : pour en finir avec les tabous

Le cunnilingus. Voilà, c’est dit. Pratique sexuelle à part entière, le cunnilingus reste encore un sujet tabou. Qu’on l’apprécie ou non, le cunnilingus reste un acte de plaisir que l’on partage avec son ou sa partenaire. Et si on en parlait ?

Cunnilingus : pour en finir avec les tabous

Le cunnilingus, ce tabou

Pratique longtemps réservée aux maisons closes, le cunnilingus se fraye peu à peu un chemin dans notre intimité. Alors qu’on ose encore peu en parler, aujourd’hui, le cunnilingus est pourtant bel et bien de plus en plus pratiqué. Adepte ou non, la pratique reste encore un sujet que l’on a du mal à aborder. Au moment où nous écrivons ces quelques lignes, une question se pose : qu’est-ce que le cunnilingus évoque pour vous ? Plaisir ? Partage ? Gêne ? Réticence ?

Elles aiment le cunnilingus

Lécher, embrasser, titiller ou encore mordiller le sexe d’une femme peut la mener tout droit au septième ciel. C’est pourquoi, une majorité de femmes aiment s’abandonner à cette pratique sensorielle. « J’aime le cunnilingus, tout simplement parce que ça me fait du bien. Je n’ai aucun problème à laisser un homme accéder à mon intimité. Ça permet de varier les plaisirs et de vaincre la routine sexuelle qui s’installait dans mon couple », explique Élodie, 34 ans.

À l’instar de Karine, le cunnilingus est pour certaines femmes un acte donnant-donnant « C’est bête, je le sais, mais pour moi, si j’offre une fellation à mon partenaire, j’espère qu’en retour j’aurais également le droit à un petite gâterie. »

Elles détestent le cunnilingus

Non le cunnilingus n’est pas au goût de toutes les femmes. Pourquoi ? « Je pense que la pudeur m’empêche de me sentir à l’aise. Toute l’attention est focalisée sur moi et sur le fait que je doive jouir pour valoriser la performance de mon partenaire. Par conséquent, je n’arrive pas à lâcher prise et à cesser de réfléchir », explique Marina, 30 ans.

Pour Cécile, 33 ans, hors de question de laisser un homme qu’elle connaît peu descendre sous la ceinture « Au risque de paraître prude, l’accès à mon jardin secret reste limité. Pour moi, le cunnilingus est un cadeau que j’offre rarement à mon partenaire. Celui-ci doit faire partie de ma vie depuis un certain temps pour avoir le droit d’y goûter. C’est une sorte de règles que j’applique également à la sodomie, mais c’est encore un autre débat ! »

Et les hommes dans tout ça ?

En terme de sexualité, difficile de faire des généralités. Il existe autant de goût en matière de pratiques sexuelles qu’il existe d’individus. Alors que certains s’adonnent volontiers au cunnilingus, d’autres préfèreront passer leur tour. « Pour être tout à fait franc, au début, je n’étais pas fan. Mais, au plus je le faisais, au plus je m’améliorais et au plus je prenais du plaisir à sentir vibrer ma partenaire », raconte Quentin, 27 ans.

Le cunnilingus fait monter le désir. Il est annonciateur d’un acte sexuel prometteur. Un conseil avisé ? Que vous soyez adepte de la pratique ou non, parlez-en ! Le cunnilingus, au même titre que les autres pratiques sexuelles, ne doit pas être un sujet tabou. Déliez votre langue !

Ask Serena

Hello Serena, j’ai une question pour toi... Un sujet vous tient à coeur ? Par ici les suggestions !